Mouvements autour des SEL

Aktualisiert: vor 3 Stunden 44 Minuten

SEL et blockchains

30-Jul-2022

Treize ans se sont écoulés depuis le lancement de Bitcoin, qui a donné naissance à un tout nouveau mouvement de monnaie alternative. Le livre blanc original du bitcoin ne le qualifiait pas de système monétaire, mais de système de paiement. La technologie innovante de la "blockchain" qui le sous-tendait permettait à quiconque de télécharger un portefeuille gratuit, de se connecter au réseau et de "déplacer des jetons" vers n'importe quel autre portefeuille du réseau. Contrairement à un registre dans une banque ou dans un ordinateur, ces paiements ne pouvaient pas être empêchés par des politiciens, des administrateurs système ou des pirates informatiques. Le grand livre de comptes ne peut pas non plus être détruit car il existe de nombreuses copies partout. Il est certain que ce système permet d'effectuer des paiements sans banques, ce qui pourrait enthousiasmer de nombreux membres de la communauté SEL. Il s'appelle lui-même le système "sans confiance" car il n'est pas nécessaire de faire confiance à un individu ou une institution.
En fait, l'idéologie qui s'identifie le plus au bitcoin est l'anarcho-capitalisme, qui prêche que la propriété doit être absolue et inviolable, et que le gouvernement ne doit pas pouvoir ou être autorisé à réglementer la propriété ou le commerce. En d'autres termes, elle reprend tous les aspects les plus régressifs de l'idéologie néolibérale dominante et les amplifie.
Avant de pouvoir effectuer un paiement en bitcoin, vous devez acquérir des jetons. Le système ne peut pas utiliser de monnaie fiduciaire, car celle-ci n'existe que sous la forme d'espèces et sur les registres des banques. Le bitcoin ne peut pas demander de licence bancaire car il n'a ni institution ni pays, et les banques sont tenues de "connaître leurs clients" et de signaler toute activité suspecte.
La nouvelle technologie devait donc décider comment émettre une unité comptable sur certains comptes avant que quiconque puisse payer. La solution ingénieuse a consisté à émettre les unités en guise de récompense à ceux qui ont investi leur puissance de traitement (essentiellement de l'électricité) pour assurer la sécurité du réseau. Ces unités n'ont aucune valeur, car elles n'ont aucune utilité, et ne peuvent être échangées contre quoi que ce soit. Leur valeur n'est liée à rien, de sorte que le "prix" de ces unités en dollars est déterminé uniquement par l'offre et la demande. Malheureusement, cela signifie que le prix est extrêmement volatile et que toute l'histoire du bitcoin a été marquée par la spéculation.
Au cours de cette dernière décennie, certaines personnes spéculant sur les blockchains ont gagné beaucoup d'argent, et les personnes proposant les projets les plus stupides ont été abondamment financées par de nouveaux philanthropes, des capital-risqueurs et des spéculateurs.

Il y a eu et il y a encore des tentatives de créer des monnaies communautaires, voire des SEL sur des blockchains, souvent par des personnes sans expérience. Mais pour plusieurs raisons, les blockchains ne sont pas idéales pour les monnaies communautaires :

    Les blockchains sont très très sécurisées, mais au détriment de la facilité d'utilisation. Les comptes ont un long mot de passe et il n'y a aucun moyen de récupérer le mot de passe s'il est perdu.
    La super-sécurité fait partie de cette éthique sans confiance, mais dans les SEL nous croyons qu'il faut construire la confiance avec d'autres humains, plutôt que de construire des machines pour ne pas avoir à faire confiance aux humains. Il est vrai que certains SEL ont connu des désastres au niveau des données, mais cela n'a pas été la fin du monde car, en fin de compte, le SEL n'est pas seulement une question de comptabilité.
    Une monnaie communautaire est bien plus qu'un système de paiement. Dans notre logiciel Community Forge, la partie comptabilité représente peut-être 10 % de toutes les fonctionnalités du site. Donc aucun effort n'est épargné.
    Les logiciels de blockchain sont difficiles à modifier (presque immuables) et les langages et les normes de codage évoluent rapidement. Les communautés résilientes et indépendantes qui veulent que leur logiciel reflète leurs besoins changeants ne doivent pas être tenues en otage par des ingénieurs logiciels super-spécialistes.
Le mouvement LETS a connu une atmosphère crépusculaire depuis que je l'ai rencontré pour la première fois en 2003, et il a besoin et mérite un nouveau souffle. Les pratiques qu'il incarne, aider ses voisins, se servir les uns des autres, vivre localement, équilibrer la production et la consommation et, en fin de compte, construire une communauté, font honte aux systèmes économiques dominants qui ravagent notre monde. À mon avis, la technologie blockchain et ses politiques anti-humaines, ses aspirations à l'argent pour rien et son économie de merde (je n'ai pas parlé de cela) n'ont littéralement rien à offrir au mouvement SEL - pas même l'argent, parce que l'argent vient toujours avec l'agenda de quelqu'un d'autre.

Je travaille sur la manière dont le SEL peut devenir un réseau mondial qui rivalisera avec le Bitcoin d'une manière que ses plus ardents défenseurs ne comprendront même pas ! Le protocole Credit Commons (français) reprend les principes, les méthodes et les valeurs des SEL en un seul système (potentiellement mondial). Il permet aux individus et aux groupes (et aux groupes de groupes, etc.) d'enregistrer des crédits et des dettes sur des grands livres qu'ils possèdent et contrôlent, en utilisant leurs propres unités de compte et leurs propres logiciels, tout en restant indépendants de toute autorité extérieure. Le moment venu, nous vous inviterons à y participer.

Matthew Slater cofondateur et unique développeur de logiciels de Community Forge.

Langue Français